Mardi 27 juillet 2010

   Premiers pas en Afrique du Sud

Johannesburg - Sabie


 Itinerrant -   27 juillet 2010  -   1 commentaires


Il est 07:03 lorsque je vois quelqu’un apparaître avec mon nom sur une pancarte. Il s’agit de Roy Kemp, le représentant de notre loueur Helderberg Camper Hire. Il nous emmène jusqu’au parking de l’aéroport où nous attend notre véhicule pour les 3 prochaines semaines : un Spirit 5 Lux. L’enthousiasme n’est pas débordant car, en fait de luxe, c’est tout de même un peu exagéré : le camping-car a près de 150 000 km, l’équipement est plutôt vieillot et l’agencement mal pensé. Bon, on s’en accomodera.

Roy prend le volant et nous mène dans la banlieue de Johannesburg, un quartier résidentiel, devant ce qui semble être sa maison. Les habitations sont barricadées : hautes clôtures, barbelés, systèmes d’alarmes, pancartes indiquant armed response ... Il nous laisse le temps de défaire nos bagages que, vides, nous pouvons lui laisser durant notre périple. Les rangements ne sont pas énormes, mais comme nous avons été raisonnables, tout rentre. Nous faisons alors avec Roy le tour du locataire, rien de particulier. Le frigo n’est alimenté qu’en électricité, il faudra donc faire attention. Il n’y a que 4 ceintures de sécurité mais, par chance, les banquettes sont suffisamment larges pour attacher deux petites avec la même ceinture.

Je paie la somme restant due sur la location et Roy tire également une souche Visa [1] pour la garantie, puis c’est l’heure de prendre le volant. J’ai déjà de souventes fois conduit à gauche, mais rarement avec le volant à droite, et jamais un véhicule de ce gabarit. Bon, on verra bien. Roy prend sa voiture et passe devant pour nous mettre sur la route du Mpumalanga ; on se quitte après une quinzaine de kilomètres.

La Nationale 12 (puis la Nationale 4) qui nous mène vers l’est ressemble à une autoroute, d’ailleurs c’est une des rares voies à péage en Afrique du Sud. Il y a très peu de stations-service, mais elles sont plutôt modernes et bien équipées. Nous nous arrêtons vers 13:30 pour déjeuner, puis reprenons la route. La fatigue se fait sentir, mais tant qu’à perdre la journée, autant avancer, donc je lutte et je relutte [2]. Quant aux paysages, c’est plutôt morne plaine, tout du moins jusqu’à Waterval Boven, où le relief commence à se découper.

Vers Waterval Boven
Vers Waterval Boven
Le relief s’accentue
Le relief s’accentue

L’heure avance et le soleil baisse rapidement, je me demande s’il fera encore clair lorsque nous arriverons. Le but est de parvenir à Sabie, au Merry Pebbles Resort dont j’ai entendu dire du bien. Lorsque nous quittons la N4 pour la R539, la vue devient panoramique et superbe, surtout avec la lumière rasante du couchant. Nous traçons tout de même un peu car je voudrais arriver sans tarder.

Un air de savane
Un air de savane
Coucher de soleil sur les hauteurs de Sabie
Coucher de soleil sur les hauteurs de Sabie

Sabie, petite ville au bord de la rivière du même nom, nous accueille puis, un peu plus loin, le Merry Pebbles Resort. TT s’enquiert : il y a de la place. Effectivement, il n’y a même personne ... Nous choisissons un emplacement au calme et je branche le camping-car sur l’électricité. Un peu de rangement, puis nous prenons la direction du restaurant du Resort. Excellent choix : truite, ribs et pizza sont de première qualité. Le vin au verre, sud-africain évidemment, aussi. Lorsque nous sortons, le froid nous saisit. Nous regagnons rapidement le camping-car et nous organisons pour la nuit. L’espace est compté, ce n’est pas évident. Nous fermons les lumières, emmitouflés dans les duvets.

Dodo bien au chaud
Dodo bien au chaud

[1C’est encore l’ancien système à sabot.

[2Ca donne mieux à la 2e personne du singulier.

← Article précédent ↑ Rubrique → Article suivant

 Commentaires (1)

   Mamoe RitaBarbara

 28 juillet 2010

j’espère qu tu te feras àcette conduite à gauche mais de droite, j’ose à peine imaginer ...quelle concentration cela exige du conducteur ! et puis, vive la cohabitacion pas tjrs évidente je suppose. Enfin, ave un bon verre de vin du Transvaal ça passera bien

 Hasard

Découvrez un article au hasard !