Vendredi 07.09.2012

   Les Gorges du Dadès (2 - une piste de folie)

Gorges du Dadès (Aït Oudinar, 15h00) - Agoudal (20h00), 100 km (total 3198 km)


 Itinerrant -   23 septembre 2012


Ecole ce matin jusqu’à 13h30. TT prépare un casse-croûte et nous levons le camp en direction du nord. Ca grimpe sévère mais la beauté du paysage augmente en conséquence !

Dans les Gorges du Dadès
Dans les Gorges du Dadès
Dans les Gorges du Dadès
Dans les Gorges du Dadès
Dans les Gorges du Dadès
Dans les Gorges du Dadès
Dans les Gorges du Dadès
Dans les Gorges du Dadès

Nous arrivons enfin à ces fameux lacets du Dadès qui, en quelques demi-tours, nous font grimper de plusieurs centaines de mètres. L’ouvrage d’art est réellement impressionnant.

Dans les Gorges du Dadès
Dans les Gorges du Dadès
Dans les Gorges du Dadès
Dans les Gorges du Dadès
Dans les Gorges du Dadès
Dans les Gorges du Dadès

Au sommet, une auberge avec terrasse nous fait regretter d’avoir déjà mangé notre casse-croûte, néanmoins la vue sur les côtés est saisissante. Le caractère dramatique de la scène est accentué par le vent violent qui souffle en provenance du gouffre.

Dans les Gorges du Dadès
Dans les Gorges du Dadès
Dans les Gorges du Dadès
Dans les Gorges du Dadès

Nous poursuivons la route et le paysage change. Après un passage dans une anfractuosité qui nous fait parvenir de l’autre côté de la vallée, ce sont des cultures longeant le cours d’eau qui offrent le contraste saisissant de leur vert sur l’ocre et le rouge des parois qui les enserrent. Soudain apparaît la fameuse tortue du Dadès.

Dans les Gorges du Dadès
Dans les Gorges du Dadès
Dans les Gorges du Dadès
Dans les Gorges du Dadès
La tortue du Dadès
La tortue du Dadès
La tortue du Dadès
La tortue du Dadès

Nous arrivons à Msemrir, prétendument le bout du bout de la route et le début de la piste. En fait le goudron continue encore un peu. Mon idée était de rejoindre Tamtatouchte par une piste transverse, puis de redescendre par les Gorges du Todra.

Dans les Gorges du Dadès
Dans les Gorges du Dadès
Dans les Gorges du Dadès
Dans les Gorges du Dadès
Dans les Gorges du Dadès
Dans les Gorges du Dadès
Dans les Gorges du Dadès
Dans les Gorges du Dadès

Cependant, un sympathique local m’en dissuade : il pense qu’avec notre hauteur, nous ne pourrons pas passer sous les rochers en surplomb au-dessus de la piste étroite. Il nous propose de voir sa collection de photos de camions comme le nôtre qui sont tombés dans le ravin. "Non, ça ira comme ça, merci."

Entre Msemrir et Agoudal
Entre Msemrir et Agoudal

En revanche, il nous suggère de pousser jusqu’à Agoudal (et pourquoi pas Imilchil), d’où nous pourrons reprendre la route des Gorges du Todra ensuite. Eh bien soit, va pour Agoudal.

Entre Msemrir et Agoudal
Entre Msemrir et Agoudal
Entre Msemrir et Agoudal
Entre Msemrir et Agoudal
Entre Msemrir et Agoudal
Entre Msemrir et Agoudal
Entre Msemrir et Agoudal
Entre Msemrir et Agoudal

Au départ, tout va bien, la piste puis la route sont bonnes, et c’est tout droit. Nous longeons toujours les cultures qui bordent le cours d’eau. Ensuite ça se corse : premier embranchement sans indication, personne autour. J’opte pour le chemin qui monte. Ça monte, ça monte... en même temps la piste rétrécit... Au bout d’un moment, il y a juste la place pour les roues du camion, avec la paroi à gauche et le précipice à droite. C’est le cas de le dire : je n’en mène pas large.

Entre Msemrir et Agoudal
Entre Msemrir et Agoudal
Entre Msemrir et Agoudal
Entre Msemrir et Agoudal
Entre Msemrir et Agoudal
Entre Msemrir et Agoudal
Entre Msemrir et Agoudal
Entre Msemrir et Agoudal

Dans ces conditions, impossible de faire demi-tour si on s’est trompé de route. Je n’ose même pas imaginer un croisement avec un autre véhicule venant en face. On grimpe littéralement pendant des heures, pour atteindre le col à 3200 mètres (plus haut que quand on va skier dans les Vosges...) ! Et les paysages sont juste magnifiques. L’ombre des nuages et les rayons du soleil jouent sur les montagnes et donnent la mesure de leur immensité.

Entre Msemrir et Agoudal
Entre Msemrir et Agoudal
Entre Msemrir et Agoudal
Entre Msemrir et Agoudal

Nous croisons quelques bergers isolés. Quelle vie doit être la leur !? Ils confirment que nous sommes sur le bon chemin, c’est tout de même un soulagement, même si la piste et l’altitude continuent à mettre le matériel et notre entrain à rude épreuve. A chaque cahot, nous avons l’impression de semer des boulons, mais le camion poursuit sa route, imperturbable. De plus, la lumière décline en cette fin d’après-midi et je redoute d’avoir à continuer dans l’obscurité. Impossible cependant de s’arrêter ici car il n’y a aucune place pour un bivouac : nous serions au beau milieu du chemin.

Entre Msemrir et Agoudal
Entre Msemrir et Agoudal

A la redescente, le paysage s’élargit et nous arrivons subitement en vue d’une auberge. D’après les indications, nous serions à encore 10 kilomètres du village d’Agoudal. La tentation est grande de s’arrêter ici, cependant j’aimerais en finir avec la piste et arriver à un endroit qui nous offrirait un bon repas et une place de bivouac sympa. C’est donc avec un peu d’appréhension que nous poursuivons dans l’obscurité grandissante.

Entre Msemrir et Agoudal
Entre Msemrir et Agoudal

Aux dernières lueurs du jour, nous arrivons en vue d’Agoudal, sains et saufs. Il nous aura fallu pas moins de 5 heures pour couvrir les 100 kilomètres parcourus. Mais quelle expérience ! En bordure du village, une auberge nous appelle de ses décorations lumineuses. Une place est trouvée pour le camion, ensuite nous sommes conviés dans la salle commune à partager un repas authentique, qui vient à point après les émotions de la journée !

A l’auberge Afoud à Agoudal
A l’auberge Afoud à Agoudal
A l’auberge Afoud à Agoudal
A l’auberge Afoud à Agoudal
A l’auberge Afoud à Agoudal
A l’auberge Afoud à Agoudal
A l’auberge Afoud à Agoudal
A l’auberge Afoud à Agoudal

Nos hôtes, Nacer et Brahim, sont très accueillants ; M et L prennent sur les conseils de Nacer leurs premières leçons d’instruments traditionnels. L’assistance est composée essentiellement de femmes, apprend-on, qui viennent ici des environs pour suivre une formation dispensée dans le village.

A l’auberge Afoud à Agoudal
A l’auberge Afoud à Agoudal
A l’auberge Afoud à Agoudal
A l’auberge Afoud à Agoudal

C’est fourbus mais contents et rassasiés que nous rejoignons le camion pour une nuit réparatrice.

← Article précédent ↑ Rubrique → Article suivant

 Hasard

Découvrez un article au hasard !