Itinerrance

Accueil > Voyages > Croatie (2006) > Oh mon bateau !

Mercredi 14 juin 2006

Oh mon bateau !

Mali Losinj (Croatie), 1428 km

mercredi 14 juin 2006, par Itinerrant

Devant l’AutoCamp Stoja, il y a de la place pour garer le camping-car, et il y a aussi l’arrêt du bus qui nous mène à Pula. Nous embarquons avec les deux poussettes vers 10h20, pour un trajet d’une dizaine de minutes. Les Croates sont plutôt sympathiques et nous donnent gentiment un coup de main pour transporter tout notre matériel. Dans le bus, une dame m’adresse la parole ; je comprends qu’elle me parle de la fenêtre, qui est à moitié ouverte. Vu la chaleur qu’il fait, je suppose qu’elle souhaite que je l’ouvre en grand, mais non, c’est le contraire ! Elle veut que je la ferme et, obéissant au règles du savoir-vivre, je m’exécute la mort dans l’âme et des auréoles sous les bras.

Pula - crique près du camping

Il y a beaucoup de monde à Pula. Nous descendons du bus sur une place animée, les terrasses des cafés sont bondées, l’atmosphère semble être à la détente. Nous prenons nos marques dans la ville et nous dirigeons vers l’amphithéâtre dont nous pouvons admirer les gracieuses arches. Nous revenons vers le centre par le front de mer, mais ce n’est sans doute pas la meilleure option, et nous rebiquons par l’intérieur de la ville à hauteur du temple d’Auguste ( ?), où nous pouvons comparer la qualité des pavés de Pula avec ceux de Rovinj : jolis, bien pour marcher, pas trop pour pousser un buggy...

Pula - le temple d’Auguste

On s’égare un peu lorsqu’il s’agit de retrouver la ligne de bus qui nous ramènera au camping, mais une aimable Croate nous remet bien vite sur le chemin. Pas de chance : nous ratons notre bus pour quelques mètres après une course intense avec les deux poussettes, sûrs pourtant que le chauffeur nous a vus ; nous en sommes quittes pour une vingtaine de minutes d’attente.

Pula - l’amphithéâtre
Pula - l’amphithéâtre

A 14h, de retour dans notre camping-car, nous pique-niquons au bord de la mer, puis redémarrons vers 14h40 en direction du nord, afin de remonter la côte est de l’Istrie. L’idée est de rallier Brestova et d’attraper le ferry à destination de l’île de Cres. Par chance, nous arrivons juste 20 minutes avant le départ du bateau, et il n’y a pas trop de file ! M est toute excitée à l’idée de monter sur le bateau : c’est la première fois et, après une vingtaine de minutes de traversée, elle ne veut plus le quitter. Nous la rassérénons en lui disant qu’il y aura encore d’autres voyages en bateau (ne serait-ce que pour quitter l’île de Cres !), elle est d’accord pour poursuivre.

Brestova - vue de la côte
Brestova - le ferry vers l’île de Cres

Nous traversons l’île de part en part. Différents types de paysage se succèdent : d’abord un étrange mélange de végétation et de rochers, ensuite des collines d’où la vue est impressionnante, ensuite un retour aux pinèdes plus classiques. La route est tantôt ancienne, sinueuse et lente (à peine assez large pour que nous puissions croiser un autocar), tantôt plus récente, moins tortueuse et plus rapide. Un camion renversé dans le bas-côté nous incite d’ailleurs à être particulièrement prudents. En chemin, nous apercevons un vautour fauve qui tournoie.

Cres - vue de la côte
Cres - vue de la côte

Un pont tournant enjambe un chenal de quelques mètres qui sépare l’île de Cres de celle de Losinj, plus petite. Arrivés à Mali Losinj, tout au sud, nous souhaitons nous informer au sujet des trajets en ferry, mais nous ne trouvons personne sur le port pour nous renseigner. Le soir approche et, après cette longue et belle route, nous décidons de passer la nuit au camping Cikat.